Sciences humaines et sociales

Du pagne au berceau, transmissions : réflexions autour de pratiques cliniques et expertales

A propos de cette vidéo

Publié le 21/07/2022 - Durée : 00:00:00

 Un certain nombre de patients migrants n’adhère pas à la médecine des pays du sud, (médecine des blancs pour les africains), ou médecine occidentale (xiyi 西医) pour les chinois.

        De fait, j’observe au quotidien des demandes grandissantes de la part des professionnels de la petite enfance et de l’enfance ; car « avec toi, ils parlent », me dit on.

        Faire en sorte que ces patients s’adressent au système de soins conventionnels relève parfois de la gageure. Les référentiels ne s’interpénètrent pas la plupart du temps. Ils ne peuvent que co-exister. Faire co-exister ces dispositifs étiologiques, nécessite un travail méticuleux sur les représentations de part et d’autre (tant du coté des soignants, que chez les soignés). Et un travail de parole précis, avec l’aide d’une langue vernaculaire, si cela est possible.

        Étant à l’origine de la création d’une unité fonctionnelle (1) destinée à accueillir des patients « migrants », au sein d’une prise en charge organisée à partir d’une théorie strictement complémentariste (psychanalyse, anthropologie, linguistique), j’accueille depuis 2003 des patients chinois (une permanence avec interprète, proposée chaque vendredi matin). En effet, formée par Tobie Nathan en 1993/1995, je n’ai eu de cesse de fabriquer des ponts entre les théories de la médecine conventionnelle et la médecine dite « traditionnelle ».

        Au sein de cette unité, nous avons mis en place un dispositif de guidance mère/enfant. Il s’agissait de tisser un cadre contenant les théories périnatales mises en œuvre (tant du côté des soignants que du côté des soignés). Cette structure permet de co-construire les prises en charge avec les maternités, les PMI, l’ASE, l’école… dans un contexte sanitaire où la Seine-Saint-Denis se distingue par sa grande diversité culturelle (20,9 % de Séquano-Dionysiens d’origine étrangère, contre une moyenne de 5,8% en France métropolitaine en 2014).

        Les malentendus entre les spécialistes de la prise en charge des enfants et leurs familles sont fréquents : « Le statut de l’enfant dans la migration devient un enjeu de plus en plus politique. La scolarisation, l’accès aux soins sont les symboles d’une intégration sociale réussie pour le système français républicain. Ils impliquent l’adhésion à un certain modèle de l’enfance, … » (2)

 

  • Intervenant(s) :

  • Christine Théodore, Psychologue et psychanalyste, Responsable clinique d'une unité départementale intersectorielle d’ethnopsychiatrie, « la causerie », au sein de l’Établissement public de santé de Ville-Évrard (93), Expert à la cour d’appel de Paris (mention ethnopsychiatrie) jusqu’en 2020

Le programme

Les rencontres poitevines de psychologie à l'école

La structure familiale dans notre société se présentait sous des formes relativement stables jusqu’au milieu du siècle dernier mais elle évolue très rapidement depuis quelques dizaines d'années, sous l'effet de divers facteurs : accélération du mouvement d'émancipation des femmes, libéralisation des processus de procréation, séparation et recomposition des couples parentaux, adoption, arrivée de familles migrantes...
 
De nouvelles configurations familiales ne sont-elles pas en train de voir le jour ? Les individus qui constituent ces nouvelles familles doivent s’adapter, peut-être en sont-ils indemnes, plus vulnérables ou encore plus forts ? Alors que la famille devrait être un havre de paix, un lieu de transmission, de socialisation et d’apprentissage pour l'enfant, bénéfique à la croissance de l’être en devenir, elle est quelquefois aussi un lieu délétère, voire d'extrême violence.
 
Par ailleurs, l’actualité a également bousculé les habitudes familiales : la crise sanitaire a impliqué une distanciation sociale et physique qui a parfois fait la part belle à une nouvelle forme d’interaction : l’utilisation des réseaux sociaux et écrans dans le développement des relations humaines questionne les familles comme les professionnels.
 
Dans ce cadre, les parents se sont vu confier de nouvelles missions : l’instruction à domicile imposée, le télétravail… Le burn-out n’est plus seulement professionnel, il peut devenir parental !
 
Dans ce contexte de crise sanitaire, la famille - tant dans sa structure que dans son fonctionnement - serait plus que jamais le révélateur des inégalités sociales… et qu’en est-il de ces familles migrantes qui arrivent dans le monde occidental ?
 
L’école, quant à elle, doit s’adapter, accueillir les changements sociétaux, les nouveaux modèles familiaux, prendre soin des enfants, des élèves et de leurs apprentissages.
 
Les psychologues de l’éducation nationale ont été de plus en plus sollicités dans ce contexte sanitaire anxiogène où leurs missions et leurs propres représentations sont réinterrogées sans cesse pour s’adapter à un contexte à la fois connu et parfois surprenant…
 
Ces nombreux questionnements seront abordés lors de ces 13èmes Rencontres qui réuniront des psychologues et professionnels de l'enfant et de la famille afin de qu’ils nous apportent leur éclairage et enrichissent notre réflexion.

 

UPtv en chiffres

  • 5722 vidéos
  • 6 heures de programmes
  • 5574 intervenants

UPtv ?

UPtv est la webTV de l'Université de Poitiers. Créée en 1999, elle est conçue, développée et animée par le service i-médias, le service commun informatique et multimédia de l'Université de Poitiers.